Faut-il sécher les cours pour entreprendre ?

Publie le 16 Juin 2014 12:58

l'entrepreneur étudiant de De Rigueur

De Rigueur, une marque créée par un étudiant.

De Rigueur est une marque d’accessoires de maroquinerie haut de gamme, faits main en France, conçus pour répondre aux problématiques de l’homme moderne. A long terme, nous aimerions créer un marché dans la maroquinerie innovante, et en devenir les leaders.

Mon équipe est composée de mon associé, Jérôme Fagnet, spécialisé dans les compétences digitales et Chief Technological Officer (CTO) de la société, d’un stagiaire, Adrien Gilles, Community Manager & Product Developer, ainsi que de moi-même, Adrien Deslous-Paoli, porteur du projet et CEO.

J’ai lancé De Rigueur à partir d’un produit particulier que j’ai trouvé dans le grenier de la maison familiale à Belley dans l’Ain ; un très vieux « baise-en-ville » (petit cartable en cuir) qui appartenait à mon arrière-grand-père. Très pratique par son format, élégant et masculin, je me suis rendu compte qu’il avait toute sa place dans le marché homme qui manquait d’une telle offre, et renforcé par les remarques de mes pairs, des recherches et une étude de marché réalisée sur une centaine de personnes de notre cœur de cible, nous avons estimé qu’il y avait une réelle opportunité !

Concilier cours et projet entrepreneurial...

Alors ça, ça n’a pas été une partie facile ! Heureusement que je viens de terminer l’année ! (rires) En fait lors de cette dernière année en Msc Entrepreneurship, j’ai déjà pu rencontrer de nombreuses personnes bouillonnantes d’idées et constituer une équipe de 3 personnes (Jérôme, Manon partie aujourd’hui en stage à l’étranger, et moi-même) pour porter le projet, puisque nous le présentions comme thèse de fin d’études (eh oui, d’une pierre deux coups !).

Ensuite malheureusement c’est assez difficile de concilier des cours peu flexibles avec une administration intransigeante et son projet, où vous devez rencontrer de nombreux intervenants, des fournisseurs, des organismes de financement, etc… On se dit souvent que tout est toujours plus important que d’aller en cours ! J’ai utilisé toutes mes cartes d’absence, et réussi à passer entre les mailles du filet parfois, mais ce qui est sûr c’est que cela a grandement ralenti la progression du développement du projet.

 

Etre étudiant: il y a des avantages mais aussi des inconvénients.

Je ne saurais pas par quoi commencer ! On va commencer avec les avantages: 

Etre étudiant entrepreneur, cela vous permet déjà d’intégrer des réseaux très dynamiques, dans des incubateurs, des réseaux de jeunes créateurs, des événements, nous avons d’ailleurs participé au Startup Weekend de Lille en novembre 2013, été aidé par l’incubateur de l’EDHEC.

Ce qui est bien aussi, c’est que créer jeune suscite l’empathie et l’admiration des gens plus expérimentés, qui vous apportent beaucoup de conseils avisés et vous ouvrent les portes de leurs réseaux.

Ensuite vous avez accès aux professeurs, dont certaines spécialités sont fondamentales pour avancer efficacement : Droit, Marketing, Finance, etc… Nos professeurs nous ont beaucoup aidés.

Les inconvénients maintenant sont bien sûr d’être bloqué par les cours, mais il faut savoir composer avec pour réussir son année, qui sera aussi gage de votre crédibilité face aux banquiers notamment !

Ensuite le peu de visibilité à long terme: où serai-je ? Où vais-je m’implanter ? Etc… De nombreuses petites questions techniques et logistiques auxquelles on ne pense pas avant de se casser les dents sur les énormes dossiers de demande de financement, subventions, prêts d’honneur, ou prêts bancaires, sur les projets de statuts et pacte d’associés, tant de choses que vous faites pour la première fois et auxquelles vous n’êtes pas préparés.

 

Financer sa start-up en tant qu'étudiant n'est pas une tâche facile.

J’ai la chance d’être aidé par mes parents pour manger, mais il est vrai que j’avais ce projet depuis plusieurs années et que j’ai pu mettre de côté presque 8 000€ pour la création. Or toute la phase de développement pré-création coûte beaucoup, en recherches, prototypages, surtout dans un milieu que vous ne connaissiez pas et que vous découvrez au fur et à mesure de vos erreurs.

Chaque erreur coûte et mon pécule initial s’est rapidement amoindri. J’ai donc rapidement fait le calcul sur les gains temps-argent entre des petits boulots et emprunts, et après avoir réalisé une opération avec Heineken à 16 000€ (qui ne nous a laissé aucune marge mais une belle couverture presse) sous le statut d’autoentrepreneur, j’ai décidé de me tourner vers l’emprunt particulier pour constituer un levier plus puissant face aux banques, puis me suis tourné vers différents organismes de financement. Comme on le dit souvent, pour développer un projet il faut y aller étape par étape, mais concernant le financement il faut voir global, car une trésorerie réduite à néant est cause d’échec à coup sûr. Profitez d’être en création pour demander des financements, car 4 à 9 mois après la création, les banques ne prêtent plus, personne ne finance le développement d’une activité, c’est plus « facile » pendant la création !

 

Allez à la rencontre des clients. 

Sac De Rigueur

Comme conseils je dirais qu’il est nécessaire et fondamental de taper aux portes, de poser des questions, d’être curieux et de s’intéresser aux gens, car ils vous délivreront bien plus facilement les infos dont vous avez besoin, sans même savoir vous-même parfois que vous en aviez besoin. Et travailler avec différents intervenants, fournisseurs, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, vous vous rendrez compte parfois que le premier que vous avez rencontré ne sera peut-être pas le bon quand vous en saurez plus du milieu où vous évoluez. Enfin, soyez tenaces, ne lâchez rien, il y a toujours une lumière au bout du tunnel, l’enfer ne dure toujours qu’un temps.

 

Il faut de l'énergie pour lancer son projet pendant ses études

Le lancement d’un projet est un temps long, surtout lorsque vous devez acquérir des compétences et que vous êtes tributaires de fournisseurs et autres êtres humains peu fiables, alors oui lancez-vous pendant vos études ! Au début un projet ne vous prendra pas 100% de votre temps, ou alors c’est que vous avez besoin de vous organiser mieux et que vous vous êtes en train de perdre votre énergie et votre temps en vous agitant. Le moment où vous avez besoin d’être à 100%, au moins, c’est au lancement proprement dit, à la création de la structure. Puis entourez-vous intelligemment, laissez aux spécialistes (avocats, experts comptables) gérer les spécialités qui ne sont pas les vôtres. Enfin, même à 100%, ne négligez pas une activité physique, et de voir vos amis de temps en temps, c’est la garantie de votre équilibre mental et physique, qui sont primordiaux pour la réussite de l’entreprise à long terme.

 

Le doute est omniprésent.

Le doute est constamment présent, ai-je fait les bons choix ? Vais-je réussir ? Pourquoi n’ai-je pas fait ceci ou cela, fait plus simple ? Pourquoi je me suis lancé là-dedans et pas dans un stage de fin d’études normal ? Bref, pour y répondre,je me suis fait, comme mon associé les appelle, des « shots de motivation », en rencontrant d’autres entrepreneurs, en allant à des conférences, en en animant certains autres, et je suis toujours là !

Je dirai que le plus important, c’est l’envie, de croire en son projet et ne rien vouloir lâcher. Mon stage à Unilever m’a vacciné contre les grands groupes, mais m’a appris l’organisation et la rigueur, Mon stage à Novatrade (startup à São Paulo) m’a donné l’autonomie et la gestion d’équipes externes. Tous mes stages ou activités m’ont apporté des expériences qui m’ont construit et me donnent des cartes pour porter ce projet.

 

Rédiger un business plan: un double avantage en tant qu'étudiant. 

J’ai rédigé un business plan d’une cinquantaine de pages, avec l’idée que je m’en faisais, ce que j’ai appris avec Total EDHEC Entreprendre et les professionnels avec qui nous travaillions, et ensuite l’aide de mes professeurs pour le présenter comme thèse de fin d’études. Cela a aidé à structurer ma vision, ma stratégie, et l’histoire de la marque, de plus nous l’avons présenté à différents concours, banquiers, etc…

 

De Rigueur dans les prochains mois...

La prochaine étape est le lancement de la marque à travers Kickstarter.com, une phase commerciale active et la préparation de notre prochaine collection, où le domaine des technologies nouvelles viendra poindre le bout de son nez, pour présenter des produits résolument élégants, et vraiment pratiques !

 

Le mot de la fin ?

Osez ! Partagez ! Parlez de vos idées, projets autour de vous, ne restez pas dans votre coin et demandez de l’aide quand vous en avez besoin !

 

 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Commentaires

Article pertinent. Étant moi-même porteur d'un projet, je cherche des associé-e-s. Très respectueusement.

Par Laurent Chambon le
Merci Adrien pour ce partage et bravo. Il faut effectivement beaucoup de courage et de détermination pour entreprendre en faisant ses études. Même après avoir terminé ses études les défis ne manque pas, dans un projet entrepreneurial. C'est une belle aventure qui demande beaucoup de présence (physique, mentale, émotionnelle) et qui est riche de rencontre. Je vous souhaite réussite et belle rencontre pour votre projet.

Ajouter un commentaire