"Il faut lever des fonds quand on n'en a pas besoin !"

Publie le 12 Janvier 2016 12:11

Quand et comment lever des fonds ? Quelle est la clé d'une levée de fonds réussie ? Comment transformer sa levée en un outil de communication ? Interview de Stéphane Couleaud, CEO de Webmecanik. Webmecanik développe des logiciels de marketing automation pour des agences afin d'améliorer leurs performances commerciales. Ils ont levé 500 000€ fin 2015 pour accélérer leur croissance.

Interview Webmecanik sur sa levée de fonds

 

 

 

 

 

 

La naissance de Webmecanik

J’ai 45 ans et je vis à Annecy pour le sport et l’ambiance zen toute l’année. Je me suis passionné pour le développement commercial de solutions logiciels dès 1992 (première société créée pendant mes années Sup de Co dans la simulation numérique, et puis ingénieur d’affaires chez Oracle après l’Armée pour apprendre le métier). En 2012, j’ai créé Webmecanik pour apporter une alternative aux agences de communication qui souhaitent développer la relation client digitale pour leurs clients. Une alternative économique leur permettant d’en faire une activité rentable, une alternative technologique apportant de la valeur pour s’intégrer dans les stratégies IT et Marketing de leurs clients, et enfin une alternative en terme de proximité avec une équipe capable de bouger la roadmap et de monter sur un pitch pour leur faire gagner un client.  Nous avons choisis l’Open Source qui est porteur de valeurs de partage,  mais aussi un moyen efficace pour dépasser rapidement les solutions les plus avancées du marché.

 

La levée de fonds, un long cycle de neuf mois

J’ai contacté les Savoie Mont-Blanc Business Angels début 2015. Une instruction de grande qualité a suivi jusqu’en mai 2015 qui nous a aidé à nous recentrer sur le Marketing Automation. Ensuite nous avons pitché en région Rhônes-Alpes en juin et septembre, et nous avons réuni la somme demandée fin septembre pour un closing mi-Novembre (Pour tout savoir sur l'elevator pitch, lisez notre dossier!).

La difficulté a été de coordonner 26 actionnaires dans la période de closing, avec d’inévitables petits changements de dernières minutes, mais la qualité et la bienveillance des actionnaires et des instructeurs ont beaucoup aidé.

 

Une valorisation par les multiples

Pour valoriser notre entreprise, nous avons regardé ce qui se faisait sur le marché des levées de fond actuellement, notamment auprès d’amis qui travaillent chez des leveurs. Nous avons abouti à une proposition fonction d’un multiple du chiffre d’affaires selon la typologie de revenu (logiciel récurrent, service récurrent, service one-shot).

L’avantage d’une valorisation raisonnable est que la négociation avec les investisseurs est très rapide. Ensuite, cela permet de ne pas gêner une futur levée plus importante, l’investissement des investisseurs de premier rang étant largement valorisé.

Lisez notre dossier sur la levée de fonds pour augmenter vos chances de réussite. C'est par ici !



La levée de fonds comme moyen de communication

Les autres effets bénéfiques ont été la communication dont a bénéficié la société durant cette période . elle nous a permis de signer de nouveaux contrats grâce à des rencontres lors des présentations. Ensuite, cela nous a permis de constituer un advisory board avec des personnalités qui ont une expérience forte dans leurs métiers. Et enfin, la société est beaucoup mieux connue aujourd’hui avec un grand nombre d’articles de presse.

 

Il faut lever des fonds quand on n'en a pas besoin


Dès la création de Webmecanik j’avais inscrit la levée de fonds dans notre programme de développement mais avec une condition impérative : le faire sans en en avoir besoin. C’est à dire augmenter les fonds propres uniquement pour accélérer la croissance d’un business modèle validé et rentable, pas pour pallier à un déficit de rentabilité.

 

La confiance est la clé de réussite d'une levée de fonds

Ce qui a bien fonctionné pour Webmecanik c’est que j’ai été au contact de futurs investisseurs dès le début de l’aventure. J’avais annoncé ce que l’on ferait sans savoir pour quel projet ni quand, mais j’en avais défini les conditions : lever pour accélérer la croissance, gagner du temps. Quand ces conditions sont arrivées, il a alors été très facile d’activer le processus, la confiance était installée depuis longtemps. La confiance c’est la clé dans le business. Ensuite, ne surtout pas surévaluer la société, car cela obère les possibilités de levés ultérieures.  Et enfin, faire de la levée un véritable outil de communication pour « recruter » des clients, des collaborateurs et des conseillers.

 

L'humain au coeur du développement

Pour la première fois de ma vie ce n’est pas l’innovation ou l’idée géniale qui me sert de vecteur. Mais uniquement l’humain et le rapport équilibré entre des collaborateurs qui créent de la valeur tous les jours de façon pragmatique, des clients qui souhaitent être accompagnés honnêtement et intelligemment, et des actionnaires qui veulent apporter leur expérience ou faire circuler leur argent en contribuant utilement au développement de leur région qui leur a tant apporté. C’est cette alchimie humaine, le collectif,  qui porte l’entreprise.  Mon rôle est de faire prospérer ce formidable équilibre.

 

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire