SynOpp : l'alternative au business plan

Claude ananou propose un anti business plan

Le business plan, bien qu'un outil utile pour lever des fonds (*), possède de nombreux défauts. Il décourage souvent les entrepreneurs, propose une réflexion avec peu d'actions  et utilise le passé pour prédire l'avenir. Nous avons donc interviewé Claude Ananou, le fondateur de la méthode SynOpp, (que vous pouvez découvrir dans son livre Réussir sa création d'entreprise. Sans business plan. En construisant son opportunité. En travaillant son intuition. Avec les approches IDéO et SynOpp. ) qui se veut une alternative au business plan. Il vous présente ici la méthode SynOpp.

 
 
 

Le business plan est un héritage de l'URSS 

Le business plan est mal compris car c’est une théorie qui ne vient pas du milieu à qui on l’impose. Si l'on prend l'exemple de la méthode Kaizen, cette dernière fut conceptualisée par des universitaires mais venait du milieu industriel. Le plan d’affaires ou business plan n'a pas été conçu par un entrepreneur. C’est un corps étranger du milieu des entrepreneurs. D'après une étude, seulement 5% des entrepreneurs font un plan d’affaires dans le monde. Si cela marchait, cela se saurait !

L'utilisation des business plan est très récente. Le business plan n’existe que depuis 40 ans. Il a été petit à petit imposé depuis les années 70 par certains milieux. Pourquoi ? Car avec la crise du pétrole de 1973, les banquiers ont dû faire face aux premières faillites économiques depuis les trente glorieuses. Avant, il suffisait de lancer son entreprise et l'on obtenait des clients. Il y avait plus de demandes que d’offres. Puis sont apparus les premiers projets informatiques. Par exemple, j'ai pris mon premier cours d'informatique en 1969.
C'est ce qui a fait "paniquer" les banquiers. Des projets intangibles leur ont été proposés. Ils devaient faire confiance à du virtuel. Avant les banquiers comprenaient à peu près les projets. Face à cette méconnaissance, les banquiers ont demandé une trace écrite du projet afin de pouvoir les présenter à leur comité d'investissement. Ils ont cherché des modèles de présentation et ont été les chercher du côté des grandes entreprises. Mais ce que l'on sait rarement, c'est que les grandes entreprises faisaient des plans quinquennaux (copie des plans quinquennaux de l'URSS) car le but était de produire au maximum. On essayait donc de rationaliser la production. Le business plan est donc un héritage de la planification soviétique !

 

Le business plan fut imposé aux entrepreneurs

On a donc imposé le business plan aux entrepreneurs. C'est pourquoi on retrouve les différentes fonctions d'une entreprise dans un business plan (market, RH, finance etc.. ). L'entrepreneur dit comment il va fonctionner. Il essaie de dire ce qui va se passer. Dans un bon business plan, l'entrepreneur dit « voilà ce qui va arriver et on va tout faire pour que cela arrive ».
Or on ne vit plus dans un monde de certitudes mais d’incertitudes. L'entrepreneur doit apprendre à APPRIVOISER l’INCERTITUDE. Le business plan est donc faux par essence car le concurrent va réagir. On est dans une projection mais en prenant un monde sclérosé. C’est donc faux. Je vais vous donner des exemples: Si vous dites que votre stratégie est une stratégie low cost. Vous fixez donc un prix en dessous de vos concurrents. Vous indiquez donc dans votre business plan un prix inférieur à celui de vos concurrents. Mais ces derniers vont réagir et baisser les prix de sorte que votre avantage concurrentiel sur lequel se fonde votre business plan est caduque. Nous vivons dans un monde d'incertitudes. On ne peut pas prévoir, par exemple, les décisions politiques du gouvernement socialiste français. On ne peut donc pas travailler avec des choses statiques.

La méthode SynOpp : Une autre voie

La méthode SynOpp est une alternative au business plan. Dans l’entrepreneuriat, là où on devrait être les plus innovants, on ne critique pas le business plan. Le business plan est tyrannique. Peu d’autres modèles sont apparus. Si le business plan marchait, on le saurait. Depuis 40 ans le business plan ne fonctionne pas.  Le business plan est statique. On peut gagner n’importe quel concours de business plan avec un projet qui ne décolle pourtant pas sur le terrain. C’est une recette de cuisine. Ce n’est pas cela qui fait de bons cuisiniers

J'ai donc travaillé à l'élaboration d'une méthode alternative : SynOpp. Pourquoi ? Pour offrir une alternative aux créateurs d'entreprises. 300 étudiants par an sont désormais formés à HEC Montréal sur cette méthode.. Chaque fois que l’on parle de projet d’entreprise, le business plan ne motive pas ! SynOpp motive !
Le business plan est un dogme, une tyrannie. Avec la méthode SynOpp, nous sommes dans un autre paradigme. Depuis 7 ans que je la pratique, je ne connais personne capable de justifier le business plan par rapport à SynOpp. Les entrepreneurs nous disent qu'il y a enfin une méthode qui leur convient ». Beaucoup de gens osent maintenant en parler et remettre en question le business plan. Il est difficile de dire que l’on est contre le plan d’affaires.  On veut stimuler l’esprit d’entreprendre et la méthode SynOpp est une nouvelle façon de faire.

 

L'approche SynOpp : C'est en forgeant qu'on devient forgeron

Tout d'abord, je tiens à rappeler que l'on dit approche et non méthode SynOpp. L'approche SynOpp est axée sur le métier d’entreprendre. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Il faut apprendre son métier d’entrepreneur. II y a des besoins et non des projets ou des idées. L’intuition, c’est l’intuition qu’il y a un besoin à combler. Un projet entrepreneurial c'est la rencontre d’une personne avec ses forces, ses faiblesses, sa formation, dans un lieu, à un moment, face à un besoin et cela devient une opportunité. Cela signifie que le plus important reste la personne, l'entrepreneur. Je vous donne un exemple. Il peut y avoir un marché en plein croissance comme .. Le porno! Cela ne signifie pas que je dois créer une entreprise autour de ce secteur ni que je sois la bonne personne !.  Une entreprise fonctionne car la personne est là, avec les compétences, le réseau et la volonté. On créé une opportunité. Les opportunités n’existent pas on les crée. 

Les piliers de la méthode SynOpp : le porteur, sa vision d’un besoin, dans un environnement donné. Si l’environnement change, le projet change.
Le même projet à Paris ou à Montréal ne sera pas identique. La démarche entrepreneuriale est heuristique. On part à l’aventure, on découvre. On part à l’aventure, dans une direction, on ne sait pas où l’on va se rendre. 

L'approche SynOpp est itérative :contrairement au business plan qui lui est linéaire. Avec l'approche SynOpp on peut se tromper, il faut savoir changer, faire marche arrière, utiliser de nouvelles ressources. Normalement, on doit trouver des échecs dans un parcours entrepreneurial. Une personne ayant échoué a trois fois plus de chance de réussir son prochain projet. c'est d'autant plus vrai si l’échec a été réalisé à petite échelle. Or, avec le business plan, on a tendance à voir trop grand. 

 

L'approche SynOpp en 7 étapes 

L'approche SynOpp est constituée de 7 étapes. La première : découvrir le besoin. Quel est le besoin ? Pourquoi créez vous cette entreprise. Quel est le besoin que vous comblez. Il faut comprendre son "why" et non son "what".
La molécule du besoin est de plus en plus complexe. les besoins sont flexibles. Un besoin, c’est un ensemble de sous besoins. Un bon entrepreneur est quelqu'un qui identifie les besoins.  Une fois que l’on a cela , il est facile de trouver la solution.

 

L'approche SynOpp remplace le business plan

L'approche SynOpp n'est pas complémentaire du business plan. C'est une révolution qui cherche à remplacer le business plan. Nous aboutissons avec cette approche à plus de tentatives de création d'entreprise. En effet, l'approche SynOpp permet de commencer plus vite et de tester à petite échelle son projet. C'est le même principe que la méthode Suzuki en musique. Préférez-vous apprendre le piano en commençant par deux ans de solfège ou en se jetant à l'eau sur un piano ? Notre objectif est que chaque entrepreneur utilise pour créer son entreprise l'approche SynOpp et non plus le business plan. L'approche Synopp permet de bâtir le projet autour de l'entrepreneur et non l'inverse. Le projet avance en fonction de vous et non d'un business plan dans lequel il faut être spécialiste de tout (marketing, finance, stratégie etc.) pour le finaliser. Là, avec l'approche SynOpp vous apprenez petit à petit et allez chercher les compétences dont vous avez besoin au fur et à mesure.

Nous sommes déjà en application dans des centres de formation les résultats sont prodigieux. 53% des gens continuent le parcours entrepreneurial avec notre approche contre 17% avec un business plan. Il n'y a en revanche pas plus d'abandon en cours de route ni moins. Quand quelqu'un s'arrête au cours de l'approche SynOpp c'est de sa volonté suite à une auto-évaluation. Ce n'est pas car un "expert en business plan" lui a dit que son projet était nul. La différence est importante ! A combien d'entrepreneurs a-t-on dit "cela ne marchera pas" et ont finalement plus que réussi ?
En trois mots, notre approche est meilleure que le business plan car c'est du concret, beaucoup plus formateur (vous allez sur le terrain) et c'est ancré dans le 21ème siècle.

La méthode SynOpp face aux banquiers

Au fur et à mesure de l'approche SynOpp, vous devez rédiger ce que l'on appelle un "journal de bord". C'est un rapport de ce que vous avez fait, échoué et réussi, de vos décisions depuis le premier jour. Avec notre approche, vous êtes entrepreneurs dès le premier jour. On ne recommence jamais un journal de bord car même les erreurs sont importantes. Alors qu'un business plan, on vous demande de le recommencer quand il ne convient pas. Or, c'est long, souvent ennuyeux et on ne voit pas le parcours de la réflexion sur la version finale.
Votre banquier sera content de vous prêter sur le simple journal de bord car lorsque  vous viendrez le voir après l'étape 7, vous aurez déjà quelques clients, un chèque à lui fournir, un bon de commande. Cela vaut plus que n'importe quel business plan et ses extrapolations sur Excel !

Approche SynOpp, conclusions

Avec l'approche SynOpp, vous serez beaucoup plus dans l'expérientiel et non la théorie. Vous apprenez dans l'action. Il n'y a donc aucune similitude avec le business plan.

* Claude Ananou tient à préciser que pour un créateur d'entreprise, aucune banque ne prête sur la simple présentation d'un business plan. Il faudra systématiquement montrer des garanties.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Commentaires

Par Céline Valentin... le

J’ai eu la chance d’assister en 2011 à une présentation  de Claude Ananou dont le sujet était « pour ou contre le business plan » . Cette approche novatrice, voire révolutionnaire en France, m’intéresse beaucoup.

Cette approche offre un accompagnement pour les entrepreneurs proche d’un business coaching, accordant de l’importance au porteur de projet, en respectant sa vision « projet » et intervenant très en amont dans sa réflexion.

C'est une démarche que nous,coesia, apprécions beaucoup et très similaire à celle que nous proposons 

Une très belle approche pour accompagner un entrepreneur, pour mener à bien son projet sous la forme plus adaptée pour LUI.

Par Gaetan le

C'est en effet une approche intéressante qui met l'entrepreneur et les clients au centre des préoccupations et non l'idée de l'entrepreneur. 

Par Daniel MIESSAN le

L'approche SynOpp est plus pratique, plus realiste et plus juste quant à la décision de continuer ou financer le projet ou non par rapport au plan d'affaire.

Hélas le dernier a fait depuis des décennies plus d'écho dans nos mentalités que tout autre feuille de route entrepreneuriale.

Et c'est fort de ce qui précède que je suggère une campagne de promotion et de sensibilisation relative à l'approche SynOpp.

Par Hervé Bloeme le

Il est evident que le business plan ne peut suffire en lui même, mais à notre sens il ne peut être exclu.

La mise en perspective d'un projet de son environnement et des hommes pour le mener est une dimmension que nous avons toujours mis en oeuvre chez HB Finance.

Le business plan n'esp pas un document figé mais un document dynamique qui s'enrichit au fur et à mesure que le projet est déployé.

Il s'auto ajuste et prend en compte les évolutions environementales.

Le business plan n'esp plus depuis longtemps le sésame de la levée de fonds, il est avant tout un document qui permet à l'entrepreneur de formailser les piliers de son projet.

L'executive summary et le pitch sont davantage inspirés de l'approche Synopp car ils placent l'entrepreneur au centre du propos.

 

 

Par Dornier le

Cela ressemble beaucoup au Lean Startup

Par Franck PIERRE le

Business plan, SynOpp, ... même combat !

Le titre de cet article semble séduisant. Mais à la lecture, le contenu est un peu faible et un peu négatif. Il me fait penser à une approche de plus pour décrire ou définir une même réalité. Quand on répond aux questions élémentaires, et ce de manière itérative car les choses changent : Pourquoi ? Quoi ? Qui ? ... Combien ? on a fait le tour du sujet et on passe à l'action.

 

 

Par Jeanletulzo le

Merci pour l'article.
Très intéressant comme approche. Permet d'alléger la démarche. Je pense que c'est une bonne méthode pour les créations de projets dont il n'y pas trop de risques (pas d'investissements).

Cependant, l'approche semble limitée lorsque le projet comprend des investissements...
A mon sens, impossible de convaincre un financeur avec cette méthode.

Ajouter un commentaire