Montre-moi ton business plan, je te dirai qui tu es

Publie le 08 Février 2016 16:56

Bien plus qu'un simple document que vous remettez à des investisseurs, le business plan est le reflet de votre profil d'entrepreneur. Scientifique, créatif, pragmatique,...découvrez dans cet article ce qu'un business plan peut dire de vous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qu'un business plan dit de vous

Avant de regarder votre business model, votre prévisionnel financier, votre stratégie de communication ou même le besoin auquel vous répondez avec votre projet, les investisseurs vont s'attarder sur vous et votre équipe, les porteurs du projet.

Les banquiers et investisseurs savent pertinemment que l'on ne peut pas se fier à 100% à une idée ou à une stratégie, mais que l'on peut faire plus ou moins confiance à une équipe.

L'enjeu de votre business plan est donc de démontrer que vous avez toutes les compétences pour réaliser votre projet, que vous êtes déterminés et que vous savez ce que vous faites. Cela se retrouvera, naturellement, dans la partie "équipe" de votre dossier, mais également dans toutes les autres parties. Selon votre business plan, le lecteur pourra juger :

  • Votre sérieux
  • Votre réalisme
  • Votre ambition
  • Votre détermination
  • Vos compétences
  • Vos aptitudes commerciales
  • ...

Pensez-y quand vous rédigez votre business plan : il est le miroir de votre profil entrepreneurial !

 

Les profils que l'on retrouve le plus souvent

Sans tomber dans la caricature, on peut assez facilement dresser une typologie des entrepreneurs et de leur manière de rédiger un business plan. Si vous vous retrouvez dans une (ou plusieurs) de ces catégories, prenez soin de corriger les défauts qui lui correspondent !

 

L'INGENIEUR

Il sait exactement de quoi il parle. Diplômé d'uen grande école d'ingénieur, et après avoir travaillé 15 ans chez Microsoft il a repéré une opportunité de marché et veut s'y engouffrer. Il possède toutes les compétences techniques nécessaires pour développer son nouveau logiciel et connaît parfaitement les étapes pour le créer.

Le hic ? Personne ne comprend ce qu'il veut faire. Son business plan est très technique, il utilise un jargon que le citoyen lambda ne maîtrise pas. Dans son dossier, il y a des pages entières d'explications et de lignes de code. Cela n'intéresse pas les investisseurs. Il suffit de démontrer que vous avez les capacités de développer votre logiciel (ai-je déjà créé un logiciel ? quelles sont mes expériences dans ce domaine ?...) pour les convaincre de vos compétences.

Votre business plan doit être compréhensible par tout le monde, car c'est un objet de vente. Lorsque que vous essaierez de pitcher votre projet à des partenaires ou à des clients potentiels, il ne faudra pas qu'ils soient largués dès votre première phrase !

Un business plan montre aux banquiers et investisseurs vos capacités commerciales, c'est la première qualité de l'entrepreneur qui lance son projet.

 

LE CREATIF

Des idées d'entreprises il en a des dizaines, toutes plus originales et "révolutionnaires" les unes que les autres. D'ailleurs, la partie communication de son business plan regorge de trouvailles : stratégie sur les réseaux sociaux, affiches dans le métro, vidéos buzz,... son imagination n'a pas de limite quand il s'agit de faire connaître son entreprise et de recruter des clients.

Les problèmes commencent quand on arrive à la partie "prévisionnel financier" de son business plan. Les quelques graphiques et tableaux qu'il a pu mettre sont beaux esthétiquement mais vides de sens et ne comportent aucune explications. Quel sera son coût d'acquisition client ? Sur quels critères a t-il fixé ses prix ? Pourquoi a-t-il prévu d'embaucher cinq salariés après trois années d'activité ?

Autant de questions que les investisseurs se poseront pour juger la fiabilité de son projet. Ils cherchent à savoir si son entreprise sera rentable, et ce n'est pas dans la partie "communication" qu'ils le découvriront.

Ce n'est pas un problème de ne pas savoir réaliser ses prévisions financières, on ne peut pas avoir toutes les compétences ! Il faut simplement en avoir conscience pour pouvoir se faire aider. (Retrouvez ici notre modèle de business plan)

Les investisseurs ne sauront pas si vous vous êtes fait accompagner pour rédiger votre business plan, et ils ne chercheront pas à le savoir, seul le résultat compte. Se faire aider  (par un ami, un expert, un associé) , c'est connaître ses limites et savoir y remédier en faisant appel à ceux qui ont des compétences complémentaires aux nôtres : c'est une des clés de la réussite entrepreneurial !

 

LE PRAGMATIQUE

C'est le bon élève. Il sait ce qu'il faut mettre dans un business plan, il a réalisé les études de marché nécessaires, il fait un prévisionnel financier réaliste qui repose uniquement sur des hypothèses prouvées et fiables. Il a calculé avec minutie son coût d'acquisition client et en a déduit sa stratégie de communication. Bref, l'entrepreneur parfait ?

Pas tout à fait. Un business plan n'est pas une notice détaillée et rigoureuse de votre projet et de votre stratégie. Si, avec vos hypothèses, vous parvenez à un résultat faible voire négatif, il ne faut pas le mettre tel quel dans votre business plan.

En effet, cela montrerait aux investisseurs que vous manquez d'ambition. Sans tomber dans l'excès inverse et mettre des prévisions irréalisables, il faut montrer que son projet est rentable, quitte à modifier un peu ses hypothèses de base pour y parvenir.

Et vous, quel est votre profil d'entrepreneur ?

Catégorie: 
PARTAGER CET ARTICLE

Ajouter un commentaire